Normal view MARC view

En quête d'innovation: du projet au produit de haute technologie

Author: Minguet, Guy ; Osty, Florence Series: Collection business, économie et société Publisher: Hermès, 2008. ; Lavoisier, 2008.Language: FrenchDescription: 391 p. : Ill. ; 24 cm.ISBN: 9782746218796Type of document: BookBibliography/Index: Includes bibliographical references
Tags: No tags from this library for this title. Log in to add tags.
Item type Current location Collection Call number Status Date due Barcode Item holds
Book Europe Campus
Main Collection
Print TS176 .M56 2008
(Browse shelf)
001243093
Available 001243093
Total holds: 0

Includes bibliographical references

Digitized

En Quête d'Innovation Du projet au produit de haute technologie Table des Matières Remerciements......................................................................................................... 13 Introduction.............................................................................................................. 17 PREMIÈRE PARTIE. MARTEL : LES LIMITES D'UNE TRAJECTOIRE INCERTAINE................................................................................................ 59 Introduction.............................................................................................................. 61 Chapitre 1. D'une bureaucratie industrielle à une entreprise en doute . . ........ 63 1.1. L'histoire sociale du site : une réduction en maquette de l'entreprise. ......... 63 1.1.1. D'une usine de fabrication à l'intégration de la conception . . . ........... 64 1.1.2. L'évolution vers un centre de développement d'un produit . . . ............ 65 1.2. Les mutations de l'entreprise et l'avènement de la firme réseau................... 66 1.2.1. L'entrée dans l'ère de la concurrence et du marché.............................. 67 1.2.2. L'avènement d'une organisation matricielle multiprojets et intersites....................................................................................................... 68 1.2.2.1. Une stratégie de diversification et l'évolution vers une organisation réticulaire................................................................ 68 1.2.2.2. L'incertitude comme contexte productif ...................................... 69 1.3. Une configuration complexe et illisible ....................................................... 70 1.3.1. Une structuration par produits/marchés............................................... 70 1.3.2. Le vertige organisationnel comme représentation de l'entreprise................................................................................................... 71 1.3.2.1. Les réorganisations incessantes ................................................... 72 1.3.2.2. La recherche de cohérence ........................................................... 73 1.3.2.3. L'illisibilité ................................................................................... 74 1.3.2.4. L'inertie ........................................................................................ 75 1.3.2.5. La verticalité ................................................................................ 76 1.4. Conclusion : la vulnérabilité organisationnelle............................................. 76 Chapitre 2. L'organisation du développement d'un produit de téléphonie...................................................................................... 79 2.1. Un produit complexe qui échappe à toute représentation............................. 79 2.1.1. Un produit évolutif sur une longue durée............................................. 80 2.1.2. Le produit : un ensemble de fonctionnalités ....................................... 81 2.1.3. Une vision parcellaire du produit......................................................... 82 2.2. Des centres de compétences aux frontières imprécises ............................... 83 2.2.1. Le centre de compétences système...................................................... 85 2.2.2. Le centre de compétences développement .......................................... 86 2.2.3. Le centre de compétences test ............................................................. 89 2.2.4. Le centre de compétences industrialisation.......................................... 91 2.2.5. Le centre de compétences outils et supports ....................................... 92 2.3. La puissance de structuration des projets ..................................................... 93 2.3.1. Projets génériques et projets affaires.................................................... 93 2.3.1.1. Le poids des projets génériques dans l'activité ........................... 93 2.3.1.2. La locomotive commerciale des projets affaires ........................ 95 2.3.2. Le cycle productif des projets.............................................................. 96 2.3.3. Le pilotage des projets ......................................................................... 99 2.4. Conclusion : la myopie du produit et le flou organisationnel....................... 102 Chapitre 3. Une coopération sous-régulée ............................................................ 105 3.1. Les acteurs du déroulement d'un projet ....................................................... 106 3.1.1. Les acteurs principaux de la structure projet ...................................... 106 3.1.1.1. La constitution d'un comité de pilotage ...................................... 106 3.1.1.2. L'instance de suivi du projet : la Decision Review ..................... 107 3.1.1.3. Le TPM, chef du projet technique et du contrat client . . . . 108 3.1.2. Les acteurs-clés des centres de compétences....................................... 108 3.1.2.1. Les métiers, garants du patrimoine d'expertise .......................... 108 3.1.2.2. Le RCC, homme de métier, acteur d'interface ........................... 109 3.1.3. Une articulation critique entre métier et projet.................................... 111 3.1.3.1. Des dépendances croisées entre les projets et les métiers . . . .... 111 3.1.3.2. Les rôles de la hiérarchie métiers et ceux du maître d'ouvrage .................................................................................................. 111 3.2. Les failles des dispositifs de pilotage des projets......................................... 112 3.2.1. L'enchevêtrement des projets génériques et affaires ........................... 113 3.2.1.1. La dimension politique de la qualification d'un projet . . . ......... 113 3.2.1.2. Un emboîtement des projets génériques et affaires .................... 113 3.2.2. Des spécifications produits fluctuantes tout le long du projet . . ........ 115 3.2.3. L'absence d'instances d'arbitrage décentralisées ................................. 116 3.2.3.1. La direction des projets comme instance d'arbitrage.................. 116 3.2.3.2. Les négociations autour des ressources et des priorités ............ 118 3.2.3.3. Des instances de réunion peu décisionnelles.............................. 119 3.2.4. L'absence d'intégration fonctionnelle intersites ................................. 120 3.2.4.1. La spécialisation comme facteur de maîtrise des coûts. . . ....... 120 3.2.4.2. La partition sans coordination socialisée .................................. 122 3.2.5. La temporalité : une contrainte et une incertitude ............................. 123 3.2.5.1. La réduction du temps de cycle de développement par l'ACD................................................................................................. 123 3.2.5.2. La planification comme enjeu ................................................... 123 3.3. Une coopération de proximité...................................................................... 124 3.3.1. Le RCC, un acteur charnière doublement engagé auprès du TPM et CER ................................................................................ 124 3.3.1.1. Des arrangements locaux entre TPM et RCC pour l'avancée d'un projet ....................................................................... 124 3.3.1.2. La priorisation des projets entre les TPM ................................. 126 3.3.1.3. Des convergences sur l'allocation des ressources entre RCC et CER .................................................................................. 126 3.3.2. L'interconnaissance comme facteur de coopération........................... 127 3.4. Des effets de dérive et de soupape .............................................................. 128 3.4.1. Le transfert des dérives....................................................................... 129 3.4.1.1. Le test étranglé .......................................................................... 129 3.4.1.2. Le cercle vicieux de la qualité et des délais qui filent . . . ........ 130 3.4.2. Une tolérance de dérives de coûts et de qualité du produit................ 132 3.4.2.1. Des jeux de rallonges budgétaires, de décalage et de transferts des coûts ........................................................................ 132 3.4.2.2. La qualité recevable comme soupape dans la relation au client .................................................................................................. 134 3.5. Conclusion : les soupapes d'une coopération contingente .......................... 136 Chapitre 4. Une identification désocialisée au métier et à l'entreprise . . ........ 139 4.1. Le métier, une valeur sûre d'identification ................................................. 140 4.1.1. Un idéal technique valorisé ................................................................ 140 4.1.1.1. Un idéal de maîtrise du métier de la conception........................ 140 4.1.1.2. Les habiletés du travail de conception ...................................... 142 4.1.1.3. La qualité comme valeur forte du métier................................... 143 4.1.2. Une hiérarchie dans les métiers.......................................................... 145 4.1.3. La dégradation de l'identité de conception......................................... 148 4.1.3.1. Le difficile renoncement à l'idéal de la perfection .................... 149 4.1.3.2. La disqualification des expertises ............................................. 150 4.1.4. Un lien affinitaire de métier peu ritualisé .......................................... 151 4.2. Une intégration incertaine dans l'organisation ............................................ 154 4.2.1. L'entreprise, espace de déploiement des trajectoires .......................... 4.2.1.1. La distribution des filières d'évolution professionnelle . . ........ 4.2.1.2. La promotion sociale comme signe de réussite ........................ 4.2.1.3. Les différentes trajectoires professionnelles............................. 4.2.2. La fragilité des vecteurs de reconnaissance......................................... 4.2.2.1. La construction contingente et politique des carrières . . . ....... 4.2.2.2. Des relais hiérarchiques aléatoires dans leur mode de reconnaissance symbolique................................................................ 4.3. Conclusion : l'idéal de métier et l'intégration instrumentale....................... DEUXIÈME PARTIE. IXEL : LES REBONDISSEMENTS D'UNE TRAJECTOIRE DE PIONNIER........................................................................................................................................ 154 155 156 158 160 160 163 165 169 Introduction............................................................................................................ 171 Chapitre 5. De l'errance au repositionnement stratégique................................ 173 5.1. Deux décennies de rachats ininterrompus................................................... 173 5.1.1. La genèse : une « jeune pousse » dans le giron d'un grand groupe ........................................................................................ 174 5.1.2. L'enlisement et l'absence de vision stratégique ................................. 175 5.1.2.1. L'alliance franco-allemande, une entité désarticulée................. 175 5.1.2.2. Le séisme : politique, managérial, culturel, technologique.......................................................................................... 175 5.1.2.3. Les errements : la production de masse, le flottement stratégique ........................................................................ 176 5.1.2.4. Les plans sociaux : un traumatisme encore perceptible ............ 177 5.1.3. Le rachat par Ixel : un second souffle ............................................... 178 5.1.3.1. Les prémices d'un virage stratégique......................................... 178 5.1.3.2. L'intégration dans un groupe mondial spécialisé dans les circuits intégrés ........................................................ 179 5.1.3.3. L'arrivée d'un nouveau dirigeant stratège ................................. 180 5.2. Un tournant stratégique et l'intégration dans une entreprise réseau ........... 181 5.2.1. Une stratégie offensive d'innovation ................................................. 182 5.2.1.1. La constitution d'un groupe autour de la technologie flash............................................................................ 182 5.2.1.2. Un secteur d'activité fortement capitalistique et évolutif . . . ... 182 5.2.1.3. Un credo : anticiper les besoins du marché .............................. 184 5.2.1.4. Une stratégie de niches et de relations partenariales avec le client........................................................................................... 185 5.2.2. Une organisation réticulaire............................................................... 187 5.2.2.1. Un réseau de compétences technologiques................................ 187 5.2.2.2. Un réseau de centres de profit .................................................. 188 5.2.2.3. Un réseau intégré dédié client ................................................... 189 5.2.3. Pour les salariés, l'opportunité d'un nouvel élan ................................ 190 5.3. Conclusion : d'un site menacé à son intégration dans un groupe porteur. . 192 Chapitre 6. Le processus de développement de produits de haute technologie............................................................................................... 195 6.1. Les enjeux de l'innovation produit dans le semi-conducteur...................... 195 6.1.1. L'accélération de la complexification et la miniaturisation des produits .................................................................................................. 196 6.1.1.1. La chaîne conception/production d'un circuit intégré . . . ......... 196 6.1.1.2. Une évolution technologique qui accélère la mise sur le marché de nouveaux produits........................................................ 197 6.1.1.3. Une intégration croissante de fonctionnalités ........................... 197 6.1.2. Une structuration par lignée de produits............................................. 200 6.2. Le système de développement des produits................................................ 203 6.2.1. L'organisation par départements......................................................... 203 6.2.1.1. Le département design et développement ................................. 203 6.2.1.2. Le département Product Engineering (PE)............................... 205 6.2.1.3. Le département business management ...................................... 206 6.2.1.4. Les fonctions supports................................................................ 207 6.2.2. La dynamique de développement d'un produit................................... 207 6.2.2.1. Le cycle productif du projet ...................................................... 208 6.2.2.2. Les temporalités et les zones critiques du développement du produit.................................................................. 209 6.3. Conclusion : le défi organisationnel du développement d'un produit de haute technologie .......................................................................................... 210 Chapitre 7. Le déroulement d'un projet : une succession de noeuds de coopération ........................................................................................................ 215 7.1. La décision comme enjeu de rationalisation................................................ 216 7.1.1. Les structures de décision et de contrôle du pilotage des projets .................................................................................................... 216 7.1.1.1. Le choix de lancement d'un projet ............................................ 216 7.1.1.2. Les acteurs principaux de la structure projet............................. 218 7.1.1.3. Le dispositif d'avancement des projets : décision, contrôle, évaluation ................................................................................ 219 7.2. Des enjeux de tension entre les métiers ...................................................... 220 7.2.1. Des rationalités divergentes entre le « noyau » design et le marketing............................................................................................... 221 7.2.1.1. La satisfaction du client à tout prix pour le marketing . . . ....... 222 7.2.1.2. Un produit innovant et fiable pour le design.............................. 223 7.2.1.3. Une lutte d'influence entre ces deux logiques dominantes . . ... 224 7.2.1.4. Un lien de coopération au sein de l'entité design....................... 226 7.2.2. Un acteur émergent : le laboratoire d'application .............................. 227 7.2.2.1. Un acteur de médiation ............................................................. 227 7.2.2.2. Des relations de concurrence feutrée entre le labo d'application et le marketing................................................................... 228 7.2.3. Un acteur d'interface : le Product Engineering ............................... 230 7.2.3.1. Un PE dépendant du design....................................................... 230 7.2.3.2. Un rôle plus influent depuis la structure projet ........................ 231 7.3. Des modes de coopération fiables............................................................... 232 7.3.1. Une succession de noeuds de coopération......................................... 232 7.3.1.1. Le déroulement d'un projet : un espace de relations d'influence entre métiers ........................................................................ 232 7.3.1.2. La rivalité entre projets ............................................................. 233 7.3.2. La construction d'une compétence de coopération ............................ 235 7.3.2.1. Des compromis nécessaires....................................................... 235 7.3.2.2. L'apprentissage de la coopération : une compétence collective et une norme relationnelle........................... 236 7.4. Conclusion : le travail de conception comme travail coopératif................. 238 Chapitre 8. Une double intégration par les parcours ........................................ 241 8.1. L'expérience identitaire du métier de concepteur ...................................... 242 8.1.1. Une identité professionnelle affirmée ............................................... 242 8.1.1.1. L'identification au produit ........................................................ 242 8.1.1.2. La passion de la technique comme moteur de l'action . . . ....... 243 8.1.1.3. Le métier de conception entre les exigences de la technique et celles du client .......................................................... 245 8.1.2. L'expérience comme moteur de la construction des compétences de métier .......................................................................... 247 8.1.2.1. L'acquisition d'une base technique ........................................... 247 8.1.2.2. Les qualités requises du travail de conception.......................... 248 8.1.2.3. De l'expérience à la compétence : un processus permanent de capitalisation et de circulation des savoirs ........................................ 251 8.1.3. Le service comme espace privilégié de socialisation ........................ 254 8.1.3.1. La mutualisation des savoirs au fondement de l'esprit d'équipe.................................................................................. 254 8.1.3.2. Le responsable métier, un garant de cette socialisation professionnelle .................................................... 257 8.2. Une intégration durable sur le site ............................................................. 259 8.2.1. Une gestion intégrée des parcours ..................................................... 259 8.2.1.1. Une mobilité ascensionnelle et fonctionnelle valorisée . . . ..... 259 8.2.1.2. Gestion par les compétences et construction d'une pluralité de filières légitimes......................................................... 261 8.2.2. La ligne hiérarchique comme vecteur de reconnaissance.................. 264 8.3. Conclusion : le métier de conception comme expérience subjective et socialisatrice .................................................................................................. 267 TROISIÈME PARTIE. LES DYNAMIQUES SOCIALES DES MONDES DE LA CONCEPTION INNOVATRICE........................................................................................ 271 Introduction............................................................................................................ 273 Chapitre 9. Le fondement et la regénération du travail de conception . . ........ 275 9.1. Le travail des concepteurs .......................................................................... 277 9.1.1. L'ingénierie de conception comme une activité de traduction . . ...... 277 9.1.1.1. L'ingénierie de conception comme l'enchâssement de phases de conception.......................................................................... 278 9.1.1.2. Le dévoilement de l'activité de conception par les objets intermédiaires ................................................................... 279 9.1.1.3. Les modèles génératifs comme supports et enjeu du travail de conception.......................................................................... 280 9.1.1.4. Le travail de conception comme une série d'opérations successives de traduction.................................................... 280 9.1.2. Le travail d'interfaçage entre le registre symbolique et le monde physique.................................................................................... 281 9.1.3. Un travail de médiation au carrefour des logiques marchandes et technologiques.......................................................................................... 285 9.2. Les savoirs développés et mobilisés par les concepteurs ........................... 289 9.2.1. Connaissances et savoir pratique........................................................ 289 9.2.1.1. Connaissances déclaratives et procédurales ............................. 290 9.2.1.2. Les différentes formes de savoir-faire....................................... 290 9.2.1.3. L'intelligence rusée et l'ingéniosité............................................ 291 9.2.2. Le socle des connaissances disciplinaires........................................... 292 9.2.3. La construction d'un savoir expérientiel ............................................ 292 9.2.4. L'importance d'une connaissance intégrée des procédés de conception ............................................................................................... 293 9.2.5. La mobilisation d'une compétence relationnelle................................. 294 9.3. Une dynamique critique de développement des savoirs.............................. 296 9.3.1. L'importance de la vitesse de renouvellement.................................... 297 9.3.2. La spécialisation du savoir de conception.......................................... 299 9.3.3. Les modes d'actualisation des savoirs pratiques................................. 300 9.4. Conclusion .................................................................................................. 303 Chapitre 10. La coopération régulée dans les organisations par projet . . ...... 305 10.1. La coopération, un construit social : quatre perspectives ......................... 306 10.1.1. La coopération comme produit d'un réseau...................................... 306 10.1.2. La coopération comme apprentissage d'une norme relationnelle.............................................................................. 311 10.1.3. La coopération comme calcul rationnel ........................................... 312 10.1.4. La coopération comme convention................................................... 314 10.2. Le processus de coopération en mode projet ............................................ 316 10.2.1. Les points critiques de coopération dans l'organisation par projet....................................................................................................... 316 10.2.1.1. La coopération entre les projets : chevauchement et priorisation .......................................................................................... 318 10.2.1.2. La coopération multisites : un impensé organisationnel . . . ... 320 10.2.1.3. La coopération entre les métiers : la préservation des marges d'influence ........................................................................... 322 10.2.1.4. La coopération entre les projets et les métiers : une affaire d'arbitrage et d'influence....................................................... 324 10.3. Conclusion ................................................................................................ 327 Chapitre 11. L'ancrage identitaire des professionnels de la conception. . ....... 331 11.1. L'innovation, une utopie de la modernisation............................................ 332 11.2. L'activité de conception comme expérience de subjectivation................. 336 11.2.1. Une visée de subjectivation .............................................................. 336 11.2.2. Des opportunités de sublimation au travail ...................................... 339 11.2.3. Une identification de compensation ................................................. 340 11.2.4. L'idéal technique à l'épreuve des projets ......................................... 343 11.3. Lien de réseau et appartenance de métier ................................................. 344 11.3.1. L'interaction comme condition d'une relation de confiance ............ 345 11.3.2. Du réseau « grumeau » au réseau communautaire........................... 347 11.3.3. La production de sous-cultures de travail ........................................ 349 11.4. L'entreprise comme horizon d'intégration................................................ 350 11.4.1. L'entreprise comme fixation d'un imaginaire collectif .................... 351 11.4.2. L'entreprise comme un microcorporatisme local.............................. 355 11.5. Conclusion ................................................................................................ 358 Conclusion............................................................................................................... 361 Bibliographie .......................................................................................................... 381

There are no comments for this item.

Log in to your account to post a comment.
Koha 18.11 - INSEAD Catalogue
Home | Contact Us | What's Koha?